2022

soutenez NAGALAQA EXPEDITIONS
la nouvelle expédition 

carte_edited_edited.jpg

Depuis le début, nous avons ce sentiment d'être si petits dans cet environnement immense, reculé, sauvage et rude, qui fixe les règles mais qui nous a enveloppé de sa magie.

Dans ce contexte, certaines décisions s'imposent d'elles mêmes. La décision de mettre un terme à l'expédition dans cette vallée ouverte, face à d'abruptes falaises, par 80°N, en fait partie.

Un bel endroit arctique pour clore un parcours unique et inédit, au Nord des terres.

Un bel endroit pour préparer Babouch-ty à l'hivernage. Ce vaillant catamaran de l'Arctique, 4è équipier, qui nous a accompagné sur des milliers de kilomètres et qui nous a abrité.

90 jours après notre départ de Sachs Harbour au Canada, nous regardons derrière nous et revoyons ces paysages et ambiances à couper le souffle, les rencontres incroyables avec la faune, notre formidable travail d'équipe...

Oubliées les difficultés, les centaines de kilomètres à tracter notre embarcation sur des terrains si variés !

Tout au long de notre parcours, nous avons recherché l'eau libre pour naviguer. Et, il y a quelques jours, lorsque nous l'avons finalement atteinte, à quelques mètres de nos étraves, prêts à hisser les voiles, Seb a pris la décision de ne pas se lancer, et par là même de mettre un terme à l'expédition. Décision difficile et frustrante, après tant d'efforts et d'engagement, mais qui s'est avérée juste, vitale même !

Mais revenons un peu en arrière : après être restés bloqués 5, 6 jours au pied de notre falaise à faire le dos rond le temps que le vent se calme, nous avons passé 48h compliquées et fatigantes à tenter d'avancer au milieu d'une eau recouverte de neige et de glace, une vraie mélasse ! Et quand le courant de 3 ou 4 noeuds nous propulse sur une plaque bloquée contre une île, les safrans cognent violemment et le bateau se met en travers ; à peine le temps de se retourner qu'une première plaque nous arrive dessus, heureusement le bateau tient bon et fini par monter dessus mais il ne faut surtout pas rester là ! Commence alors une course poursuite avec les crêtes de compression qui se forment autour du bateau, il faut faire très vite. Je presse Éric et Jimmy qui sont à l'avant car les crêtes arrivent au fur et à mesure et rapidement dans mes talons. On fonce comme ça pendant 1 km et finissons, au prix de gros efforts et d'adrénaline, par réussir à les devancer et trouver une plaque assez épaisse pour nous mettre en sécurité. Nous la traversons et, arrivés devant une nouvelle zone d'eau et de courant, un autre défi s'offre à nous : notre plaque va dans un sens et les glaces compactées dans le courant dans un autre, nous savons que si nous descendons dans l'arène, nous ne pourrons plus nous arrêter jusqu'à la prochaine grosse plaque visible. Après un long moment d'observation, nous y allons et ça se se passe bien.

Voilà le contexte dans lequel cette décision d'arrêter était inévitable, le bateau n'est plus en état, l'équipage est très fatigué par 3 mois d'expédition et devant nous une grande baie à traverser qui prendrait au moins 36 h sans abri possible alors que l'hiver est déjà là...

Les heures qui suivent confirment la sagesse de cette décision.

En effet, seulement quelques heures après, nous recevons un message de Christian Dumard (merci à lui de nous avoir aidé ces dernières semaines) nous conseillant de nous abriter, des vents de plus de 30 noeuds sont annoncés. La fenêtre météo ne s'est pas vraiment ouverte. Heureusement que nous ne sommes pas sur l'eau, avec notre petite embarcation bancale, cela aurait été catastrophique...

Ici et maintenant, les vents, le froid, la neige, l'obscurité nous rappellent que l'hiver reprend sa place.

L'Arctique requiert patience, persévérance, mais aussi une grande dose d'humilité.

Nous attendons de meilleurs conditions météo qu'un helicoptère puisse décoller et venir nous chercher.

Dans quelques jours, nous quitterons Babouch-ty, démâté, lové dans un repli de terrain et amarré à des sacs de pierres... Cette expédition prend fin ici pour cette année et l'histoire reprendra plus tard, nous reviendrons te chercher !

250922-3.jpg
250922-4.jpg
250922-2.jpg
250922-1.jpg
1/26
NAGALAQA EXPEDITIONS - lavoiearctique@gmail.com - 0645655619
CONTACT PRESSE - Effets Mer - Fabienne Morin - 06 87 25 83 15 
logo-effets-mer-1 copie.png
  • LinkedIn Social Icône
  • Twitter Icône sociale
  • Facebook
  • Instagram

Pour envoyer un message aux aventuriers,

il suffit de vous rendre ICI, de rentrer le numéro suivant 881652448497 et de taper votre texte.